Des chercheurs américains ont fait une découverte récemment qu’on pourrait avoir du mal à croire. Il s’agirait d’un parasite qui nous rendrait sexy. En effet, le Toxoplasma gondii aurait le pouvoir de rendre plus attirante la personne qu’il contamine. Il modifierait la perception de son apparence. Actuellement, c’est 50 % de l’humanité qui porte le parasite selon PeerJ, un journal scientifique qui a fait le rapport de l’étude américaine en mars 2022.

Le Toxoplasma gondii, c’est quoi ?

Le Toxoplasma gondii manipule le comportement de l’être qu’il contamine. Le meilleur exemple que l’on pourrait prendre serait un parasite qui infecte un rat et qui le pousserait à sauter entre les griffes d’un chat alors qu’il s’agit d’un prédateur. Il le pousserait à agir ainsi parce que c’est seulement en contaminant un félin que le Toxoplasma gondii peut se reproduire. En plus des chats et des rongeurs, ce parasite affecte aussi d’autres animaux et les humains.

De possible troubles mentaux chez les personnes infectées

Ce parasite reste dans notre corps jusqu’à la mort. Et pourtant, il peut passer complètement inaperçu. Cependant, chez certaines personnes infectées, on peut constater des troubles mentaux après qu’elles aient été infectées. À savoir des idées suicidaires, des troubles obsessionnels compulsifs, la schizophrénie, etc. Ce parasite pourrait traverser le placenta chez les femmes enceintes. De ce fait, pour le fœtus, il peut également représenter un risque.

L’attractivité autoperçue qui nous fait nous sentir plus attirants

Ayant eu besoin d’en comprendre un peu plus sur ce parasite, les scientifiques américains ont voulu savoir si Toxoplasma gondii pouvait influencer le comportement ou l’apparence physique de son porteur. Ils ont ainsi fait une étude sur l’image qu’on a de soi ou l’attractivité autoperçue sur plusieurs personnes dont certaines porteuses du parasite et d’autres non. Les personnes qui sont contaminées ont affirmé se trouver plus attirantes que celles qui ne portent pas le parasite. Ce serait dû à une modification délicate de leurs traits du visage.

Le parasite aurait-il vraiment un pouvoir sur l’apparence physique des personnes qu’il infecte ?

femme attirante

Plus d’une vingtaine de photos du visage des personnes sur qui l’étude a été portée ont été analysées par les chercheurs. Ces derniers ont bâti une échelle de beauté subjective qui prend en compte plusieurs critères comme l’asymétrie faciale, le nombre d’infections mineures, le nombre de partenaires sexuels, l’indice de masse corporelle… Ensuite, ils ont calculé leur potentiel de séduction sur cette échelle de beauté de 1 à 10. Ils ont également planché sur certaines images de profils types : des contaminés et des non contaminés. Résultat ? Les femmes contaminées par le parasite avaient un IMC plus faible, ce qui est assez troublant. Puis, elles avaient eu plus de partenaires sexuelles que les autres. Les personnes contaminées avaient aussi une asymétrie faciale plus faible, ce qui est considéré comme étant un signe de bonne santé. C’est pourquoi ces chercheurs ont conclu que les personnes qui portaient en eux le Toxoplasma gondii sont perçues plus attirantes par les autres, mais aussi en meilleure santé.

Après, si l’on tient compte du fait que le parasite peut influencer le comportement, si les personnes contaminées se sentent plus attirantes et en bonne santé, ce sont aussi des facteurs augmentant les chances du parasite de se propager. D’ailleurs, ce qui est sûr jusqu’ici, c’est que ce parasite se transmet sexuellement. Et si les mêmes effets qui ont été rapportés chez les rats sont aussi valables chez l’Homme ?

Des explications scientifiques à ces faits ?

On se pose alors la question : comment est-ce qu’un parasite peut modifier notre perception de l’apparence ? Les scientifiques pensent alors que Toxoplasma gondii serait en mesure de modifier l’impact des niveaux de testostérone. Il serait capable de modifier les traits physiques qui sont liés à l’hormone. Il y a aussi une autre hypothèse qui pourrait expliquer ces faits, c’est que le parasite serait capable de faire grimper le taux métabolique (quantité d’énergie que le corps brûle quotidiennement). Cela influencerait la perception que les personnes contaminées ont sur leur santé et leur perception de soi.

Pour conclure…

Dans tous les cas, le Toxoplasma gondii reste encore jusqu’ici un vrai bouquet mystère, notamment son mécanisme. D’autant plus que les idées sont partagées sur les vrais critères de beauté. Ce qui fait que l’échelle de beauté sur laquelle ces scientifiques se sont basées pour leur calcul est encore « subjective ». Néanmoins, des études ont été faites et il est difficile de nier que les rapports sont très troublants.