Les actualités partout dans le monde

Le bon cholestérol, est-il vraiment « bon » pour tout le monde ?

Le bon cholestérol, est-il vraiment « bon » pour tout le monde ?

bon et mauvais cholesterol

Pour avoir une santé de fer, il est important de surveiller certains éléments tels que le taux du cholestérol. Comme celui-ci est dans le sang, il faut faire une analyse de sang pour pouvoir le déterminer. En fait, il existe deux types de cholestérol sanguin à savoir le HDL ou lipoprotéine de haute densité et le LDL ou lipoprotéine de faible densité. Ce premier est considéré comme un bon cholestérol si le second est dit mauvais. La présence en trop grande quantité du LDL entraîne différentes maladies, notamment cardiovasculaire. La formation de plaques et de dépôts gras sur les parois des artères suite à l’excès de LDL va défavoriser la circulation de retour sanguin vers le cerveau et le cœur. Il faut donc garder un taux bas de LDL et un taux élevé de HDL pour rester en bonne santé.

Comme le HDL contribue à l’élimination de l’excès de cholestérol dans le corps, il est donc indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Il faut cependant faire attention, car le bon cholestérol n’est pas vraiment « bon » pour tout le monde.

Les bénéfices du bon cholestérol ou HDL remises en question après une nouvelle recherche

Depuis toujours, la lipoprotéine haute densité (HDL) est appréciée pour sa capacité à absorber le cholestérol dans le sang et à le ramener au foie pour être éliminé avec la bile. En évacuant le mauvais cholestérol de l’organisme, le risque de maladie cardiovasculaire sera réduit. En fait, une nouvelle étude a été mise en place afin de réexaminer les bénéfices de ce bon cholestérol. Cette nouvelle recherche a été réalisée sur 23 901 profils médicaux d’au moins 45 ans, dont 57,8% de ces personnes sont blanches et 58, 4% de sexe féminin.

Cette recherche visait à comparer les facteurs de risque d’événement cardiovasculaire se présentant chez des patients blancs et noirs sur un délai de dix à onze ans. D’après Nathalie Pamir, qui était la principale autrice de l’étude, cette recherche a permis de comprendre que les HDL étaient classés comme un cholestérol bénéfique mais aussi de savoir si cette affirmation est bien véridique pour toutes les ethnies. 

Résultat de la recherche

Après cette étude donc, une publication dans le Journal of the American College of Cardiology a déclaré qu’un faible taux de cholestérol HDL a favorisé les risques de crise cardiaque chez les adultes blancs. Ce qui n’est pas du tout le cas chez les personnes noires. C’est cette découverte, qui a remis en question la médecine et les études menées dans les années 70 concernant les bénéfices du bon cholestérol.

D’après les auteurs de l’étude, les résultats fournis par les indicateurs de risque de maladie cardiovasculaire se basant sur les mesures du taux du HDL ne sont pas sûrs chez les patients noirs. L’étude met en évidence qu’il n’y a pas d’approche unique, voilà pourquoi il est judicieux d’établir une recherche plus spécifique à cette ethnie, comme l’a expliqué Tara Narula, correspondante médicale de CNN. Au cours de cette observation, les scientifiques ont prouvé que même avec un taux plus élevé de bon cholestérol, aucune diminution des risques de danger n’a été observée quel que soit le groupe ethnique. Ce qui est certain, par contre, c’est que les taux élevés de LDL et de triglycérides augmentent les risques de maladie cardiovasculaire chez les patients blancs et noirs. 

Comprendre les effets du HDL et du LDL sur la santé

Le mauvais cholestérol compose la grande majorité du cholestérol total dans le sang. On entend par cholestérol total les taux de cholestérol LDL et HDL mais aussi un cinquième du taux de triglycérides. Son taux doit être inférieur à 2g/l. Comme celui du HDL et des triglycérides, le taux du LDL est défini à partir d’une analyse de sang qu’on effectue à jeun. Le taux du mauvais cholestérol est déterminé par le médecin selon la présence de facteurs de risque cardiovasculaire chez un patient. Le taux normal est inférieur à 1,6 g/l. Il est donc limité à 1,3 g/l si la personne présente un ou plusieurs facteurs de risque comme le diabète, l’obésité, le surpoids, l’âge ou encore l’hérédité. Par contre, un taux élevé de plus de 0,60 g/l de HDL est recommandé pour se protéger des maladies cardiovasculaires et éliminer les facteurs de risque.

Les triglycérides, quant à elles, sont les graisses qui ne se présentent pas sous forme de cholestérol. Elles ne sont pas vraiment associées à un risque cardiovasculaire. Mais il est cependant indispensable de vérifier leur taux de manière systématique. On constate qu’un taux de glycérides normal est inférieur à 2g/l. Lorsque le taux de triglycérides est très élevé dans le sang, on parle d’hypertriglycéridémie. Cela se traduit dans la plupart des cas par des douleurs abdominales. D’une xanthomatose éruptive et d’une altération de l’état général.

Partager sur :

Facebook
Pinterest
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire